Étape 2: Bazas-Agen (109km)

Aprés une bonne nuit de sommeil nous nous sommes réveillés à 8h30 pour prendre un petit déjeuner consistant afin d’emmagasiner un maximum de force pour la journée.

Apres une dernière petite balade dans le village de Bazas, nous avons repris nos vélos à 10h précise pour une longue étape de 108km.

Il faisait plein soleil et nous devions rejoindre dans un premier temps la Garonne. Pour cela, nous avons suivi une vélo route qui menait à la Garonne. Notre première impression a été « reimagetour à la civilisation » tant la traverssée du désert végétal des Landes avait été longue la veille.

Directement, nous avons pu admirer différents paysages avec … des maisons !!!

Une vingtaine de kilomètres plus loin nous rejoignions enfin le canal de la Garonne et ce fut pour nous une grande surprise tant la vue de cette eau verte entourée de platanes était magnifique.

Stéphane

Là voie cyclable trės bien entretenue le long du canal de la Garonne nous procure un vrai réconfort car même si nous démarrions, notre corps mettait un peu de temps à réaprivoiser notre monture.

imageA l’ombre des platanes, nous avons croisé des plaisanciers sur leurs péniches et bateaux fleuris certains même se concoctant de petites grillades qui nous faissaient saliver.

Les petits restaurants se font rares au début du parcours et nous avons dû parcourir 50 km avant de trouver une auberge. Heureusement, nous avions nos barres énergie et les mûres sauvages qui poussent à foison le long du canal nous offrent un dessert bien goûteux !

Les paysages autour sont étonnants. D’abord la plaine est inondée de maïs que de temps à autre la sauvage Garrone, la grande sœur du canal vient troubler. Une étonnante croisée dont la plus spectaculaire se trouve à Agen. imageUn gigantesque pont canal, deuxième exemplaire en France, fait se croiser la petite et la grande Garonne qui autrefois transportait des Gabares, bateaux à voiles assurant le commerce entre Toulouse et Bordeaux.

La spécialité de cette ville historique est encore incontestablement le pruneau, mais les temps changent et l’économie est difficile pour les cultivateurs qui se tournent de plusimage en plus vers la culture du kiwi qui se cultive maintient partout le long du canal.

Peut être mangerons nous dans quelques années ce fruit piquant pour nous soulager?

Arrivés à Agen, l’office du tourisme est aux petits soins et nous dirige vers l’Ibis proche du centre, offrant un parking pour les vélos.

La ville et ses édifices nous appellent, l’envie de les découvrir brûle encore plus que nos muscles!

Isabelle

 

 

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>